mercredi 13 janvier 2010

Stretching, transition, big chop et ligne de démarcation

Bon, j'ai essayé de vous faire un dessin pour illustrer ce dont je vais parler aujourd'hui. Franchement c'est dur de dessiner des boucles avec le mulot ! ^^ Enfin ! J'espère que vous allez pouvoir comprendre et bien lire les annotations. Le voilà :





















J'ai divisé mon dessin en trois parties pour faire dans le détail avec un cheveu, puis ensuite expliquer deux phénomènes assez bien connus.


Alors, quand on est défrisée depuis un bon moment, on est habituée à voir (au moins) sur sa tête les deux textures de cheveux, comme sur la partie gauche du dessin. La repousse, le cheveu défrisé, et au milieu, le point de démarcation qui relie les deux textures. Plus le temps passe, plus la partie frisée (repousse) croît : on se trouve donc en période de transition ou de stretching. Après ça, on a deux possibilités : le big chop après la période de transition ou le retour au défrisage après le stretching.
  1. Quand on décide de revenir au naturel par le big chop, on coupe les cheveux défrisés (voir la partie inférieure droite du dessin), au niveau de la ligne de démarcation - après un temps de transition plus ou moins long, ça dépend de chacune. En d'autres termes, on coupe les cheveux au niveau de l'ensemble des points de démarcation de la chevelure, pour se débarrasser des cheveux défrisés. Pas mal de filles le font de manière graduelle, histoire de ne pas être choquée en passant du long au court. Je pense que je ferais comme ça, moi aussi, si je voulais revenir au naturel. ça permet de prendre le temps de s'habituer à sa nouvelle tête.
  2. Quant au stretching, ça part du même principe que la transition (voir la partie droite supérieure du dessin) : on laisse ses cheveux naturels repousser. Mais cette fois, pas pour couper. C'est pour laisser le temps aux cheveux de se remettre de l'agression chimique (appelons un chat un chat !) du défrisage en le chouchoutant (soins profonds, hydratation, protéines, etc.) avant de recommencer.
Qu'on transitionne ou qu'on soit en mode stretching, on rencontre des difficultés communes :
  • La ligne de démarcation - point faible de la chevelure - très encline à la casse,
  • Les nœuds occasionnés par la cohabitation des deux textures,
  • La sécheresse des cheveux.
Bien entendu, ce n'est pas insurmontable. Il faut une bonne dose de patience et de la méthode. N'hésitez pas à aller voir le post stretching, pour avoir quelques solutions ! ;-)

2 commentaires:

  1. J'adore ton petit dessin !

    RépondreSupprimer
  2. Merci Mini !

    avant qu'il soit comme ça, c'est bien sué avec mon mulot ! ^^

    RépondreSupprimer